A quoi tient la vie d’un couple… (2)

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

A quoi tient la vie d’un couple… (2)Bien entendu, le lendemain matin, tout est encore présent dans mon esprit. Néanmoins, je décide de ne rien dire ni montrer à Geoffrey, surtout qu’il ne semble s’être aperçu de rien.Après une bonne douche chaude pour me nettoyer des traces de mes orgasmes de la veille, je rejoins mon copain et ses grands-parents pour le petit-déjeuner, habillée d’un short et d’un tee-shirt légers.-Bonjour tout le monde !… Il ne fallait pas m’attendre pour commencer.-Bonjour Axelia… bien dormi ?!Roger esquisse un petit sourire complice tout en me faisant signe de m’assoir à côté de lui sur le banc de jardin. Je me surprends à ressentir un léger frisson qui ne passe pas inaperçu pour le vieil homme.-Bon, les enfants, vous avez prévu quoi aujourd’hui ?-Nous avions envie d’aller jusqu’aux Sables-D’olonne pour visiter puis nous baigner à la plage, mamie. Ça vous dit de venir avec nous ?-Cela aurait été avec plaisir, Geoffrey, mais madame Gridife et monsieur le curé passent à la maison en début d’après-midi pour préparer la kermesse du diocèse. Par contre, si papy veut vous accompagner ? -Je ne veux pas vous embêter, les jeunes… Vous n’avez peut-être pas envie de vous trimbaler un vieux croûton avec vous toute la journée ?!Roger vient de poser sa main droite sur ma cuisse, heureusement cachée de la vision des deux autres par la table. Je réprime un cri de surprise en me mordant les lèvres mais déjà ses doigts se sont frayés un chemin jusqu’à ma petite motte de beurre gonflée d’excitation, et ils s’activent avec une expertise diabolique. Instantanément, comme par magie, ma fente s’humidifie alors que son majeur joue avec mes petites lèvres à travers le tissu de mes vêtements…-Oh non… Monsieur Roger… Vous ne nous dé… dérangerez pas du tout… Venez avec nous !…J’essaye de contenir mon excitation, me concentrant pour ne pas gémir de plaisir. Pour autant, je me suis avancée sur le banc et écarte encore un peu plus les cuisses pour faciliter son intrusion vers mon intimité. Je suis complètement folle ! Je me fais la réflexion que si Geoffrey se lève de table, il verra forcément le bras de son aïeul dirigé vers ma petite chatte. Paradoxalement, cette pensée, loin de réfréner mes ardeurs, m’excite encore davantage. Je m’empresse d’ailleurs de bloquer la main du vieillard avec la mienne pour l’empêcher de la retirer et l’incite à poursuivre la découverte de mon sexe. Bien évidemment, j’inonde ma petite culotte et mon short de mon jus d’amour…-Ça ne va pas, Axelia ?! Vous êtes toute tremblante et en sueur !…-Hmmm… Hein ?!… Non, ça va, madame…Je venais de jouir ; Roger avait immédiatement enlevé sa main… -Sans doute un coup de chaleur ?! Geoffrey, va chercher pour ta copine un verre d’eau fraîche à la cuisine ! Je vais quant à moi voir si j’ai une poche de glace au congèle.Je me retrouve seule avec le vieil homme mais n’ose le regarder. Il me tend son majeur au niveau de ma bouche… J’hésite un court instant puis, tel un sucre d’orge, je me mets à le sucer avec beaucoup de gourmandise… sans me soucier le moins du monde du retour imminent de mon copain ou de sa grand-mère.-Tu es vraiment une petite cochonne, ma belle Axelia… belen escort mais nous allons arrêter pour l’instant. Ça ne sert absolument à rien de tendre les relations au début de cette très belle journée qui s’annonce. Va plutôt te changer… on dirait que tu as pissé dans ta culotte !Roger se lève du banc avec une belle érection lui tendant le pantalon et un sourire satisfait, comme si son emprise sur moi ne faisait plus aucun doute dans sa tête. Quant à moi, je reste assise là, rouge de honte. Je n’ose évidemment pas me lever de table, terrorisée à l’idée que Geoffrey ou sa grand-mère me voient avec mon short et mes cuisses trempés de cyprine. Je me demande d’ailleurs si Geoffrey s’est aperçu de quelque-chose… En tout cas, je ne parviens pas à comprendre ce qu’il m’arrive depuis quelques jours… pourquoi je me comporte telle une grosse salope en provoquant le grand-père de mon copain, puis en acceptant ses avances sexuelles sans la moindre réticence ? Suis-je devenue nymphomane ? Et pourquoi ai-je envie de me faire baiser par un vieux septuagénaire alors que n’importe quel mec de mon âge serait prêt à payer pour coucher avec moi ?… Toutes ces questions tournent en boucle dans ma tête, obsédantes…-Tiens, ma chérie, ton verre d’eau !… Veux-tu que nous repoussions à demain notre sortie aux Sables-d’Olonne ?-Non !… Je me surprends à répondre sèchement à Geoffrey et à avoir un geste brusque d’énervement dans sa direction, alors qu’il était tout attentionné avec moi. J’ai immédiatement honte de ma réaction mais ne m’excuse pas pour autant ! La seule chose positive, c’est que dans mon geste j’ai accroché le verre qu’il était en train de me tendre et que toute l’eau s’est renversée sur mon ventre. Au moins, je peux aller me changer, maintenant…Pour cette journée aux Sables-d’Olonne, je choisis une petite robe à fleurs, légère et très sexy… et de ne rien porter en dessous. Après la remarque humiliante de Roger tout à l’heure au petit-déjeuner, je décide également que je vais la lui faire payer en l’excitant à mort mais en refusant de céder à toutes ses avances.Aussi, dès le début du trajet en voiture, je multiplie exagérément les gestes de tendresse et d’amour en direction de Geoffrey en veillant à qu’ils soient bien visibles de son papy. Evidemment mon copain ne reste pas insensible à mon traitement de faveur, avec très rapidement une belle érection tendant son short tel un petit chapiteau. Je m’amuse de son trouble grandissant en glissant entre ses cuisses ma main gauche alors qu’il conduit, et en relevant ma robe avec mon autre main pour lui dévoiler ma nudité en dessous de mon vêtement. Le visage de Geoffrey prend une teinte cramoisie, ce dernier se retournant à plusieurs reprises pour vérifier si son grand-père voit et réagit à mon manège. J’adore la situation et, une fois de plus, je sens ma petite chatte s’humidifier et mes tétons durcir d’excitation.Durant toute la matinée, au cours de notre visite des Sables-d’Olonne, je poursuis donc mon jeu avec beaucoup de perversité et de délectation, ravie de l’effet que je fais sur mes deux hommes. D’ailleurs chacun d’eux tente désespérément de dissimuler defne escort sa virilité exacerbée, avec pour mon compagnon un malaise encore plus perceptible. Sans doute la peur de voir ma robe se soulever en plein milieu de la rue, devant des inconnus…Quant à Roger, il tente à plusieurs reprises de me mettre la main aux fesses ou de m’attirer contre lui pour me peloter, mais à chaque fois je m’esquive avec agilité, lui tendant ensuite un doigt obscène et provocateur. Deux ou trois fois même, je soulève discrètement ma robe pour lui montrer ma nudité et augmenter encore un peu plus son excitation, ainsi que sa frustration de ne pouvoir me toucher.Lors du repas de midi dans un petit restaurant du bord de mer, mon petit jeu continu… poussant le vice jusqu’à obliger Geoffrey à sortir sa bite hors de son short alors que son grand-père est parti aux toilettes et de l’empêcher de la rentrer ensuite. Pendant toute la durée du repas, je joue avec ce pieu dur et raide d’excitation que mon copain essaye tant bien que mal de dissimuler sous sa serviette en papier.Ce vieux cochon de Roger semble se délecter de la situation et me jette régulièrement des clins d’œil complices. Geoffrey, quant à lui, paraît complètement décontenancé par ce que je lui fais subir. Il me supplie implicitement d’arrêter en me jetant des regards implorants de jeune chien battu mais, dans un état complètement euphorique, je continue mon jeu lubrique… Paradoxalement, aucune de nos discussions à table ne dé**** vers des grivoiseries, chacun préférant disserter sur d’autres sujets divers et variés comme notre passion commune aux trois pour les motos. Roger nous raconte même ses exploits de jeunesse où il a parcouru le monde avec une vieille Ducati Gran Sport Marianna. Je me demande d’ailleurs si ça ne me fait pas autant mouiller de l’écouter nous conter ses aventures que de fantasmer sur une belle queue ?!En tout cas, je suis aux anges, toute proche d’avoir un orgasme…-Bon, les jeunes, ce n’est pas tout ça, mais il y a l’océan qui nous attend !… Je vous laisse vous préparer pendant que je vais régler l’addition à l’intérieur. Par contre, c’est peut-être mieux que nous allions à la plage naturiste de Sauveterre si vous ne voulez pas avoir des problèmes pour exhibitionnisme sur la voie publique. Elle est tout près d’ici.Il se lève avec un grand sourire et nous laisse l’un comme l’autre bouche bée… Geoffrey le premier rompt le silence.-Putain, il a dû voir que tu n’avais pas de culotte !… Qu’est-ce qu’ils vont penser maintenant de moi, mes grands-parents ?!-Oh, tu te calmes, Geoffrey… tu crois qu’il n’a pas vu que t’avais la bite à l’air pendant tout le repas !?-Mais !?… C’est toi qui…-Arrête de faire chier, Geo !… De toute façon, je ne pense pas que ça doit beaucoup gêner ton papy de reluquer ma petite craquette, bien au contraire ! Geoffrey semble interloqué par ma remarque, plus un mot ne sortant de sa bouche grande ouverte. J’en profite pour l’achever…-Allez, range ton petit kiki dans ton short ! Moi, j’ai envie d’aller me faire bronzer mon abricot tout juteux et de me faire mater à poil par tous les pervers de la région. Et puis, dörtyol escort s’il y en a qui veulent consommer, surtout s’ils sont particulièrement moches et répugnants, peut-être que je me laisserai tenter !Pendant le court trajet jusqu’à la fameuse plage de Sauveterre, Geoffrey me tire une gueule de trois pieds de long, manifestement vexé par ce que je viens de lui dire. Pour autant, il n’ose pas revenir sur notre destination avec son grand-père, même s’il semble clairement contrarié à l’idée de me voir nue devant d’autres hommes.Quant à moi, même si c’est la première fois que je vais sur une plage naturiste, je suis excitée au plus haut point…Arrivée sur la plage… je n’ai que ma robe à retirer et me voilà nue comme un ver en moins de temps qu’il me faut pour le dire. Je sens bien quelques regards gourmands se poser sur moi mais la plupart des personnes présentes paraissent indifférentes à ma nudité. Pour autant, cela ne m’empêche pas de ressentir un agréable picotement au niveau de mon bas-ventre.-Allez, les jeunes… le dernier dans l’eau paie l’apéro ce soir !-Ouiiiii !…Je me mets à courir toute excitée vers l’océan, n’ayant d’ailleurs aucun mal à dépasser le vieillard lui aussi tout nu avec mes grandes jambes. Quelle sensation exquise de sentir mon sexe caressé d’abord par la brise côtière puis par le ressac des vagues !? Ne me préoccupant plus du tout de mon copain resté sur la plage, je m’amuse comme une véritable gamine, bien qu’émoustillée un peu plus à chaque fois que Roger effleure mon corps avec ses mains calleuses. Au bout d’un moment, je ne résiste plus à la tentation et saisis à pleine main la verge du septuagénaire.-Et hop, un gros poisson !-Fais attention, Axelia… ce poisson-là pourrait bien vouloir s’enfiler dans un joli coquillage !-Il oserait faire ça, le vilain poisson ?! Et tu crois que le coquillage s’ouvrira pour laisser entrer un poisson aussi vorace ?!Doucement, je commence à branler la colonne de chair tout en jetant des coups d’œil en direction de Geoffrey pour voir s’il pouvait deviner ce que j’étais en train de faire d’où il était.-Je n’en doute pas un instant, jolie coquine… Regarde, il est déjà tout ouvert et impatient de l’accueillir, mon gros poisson.Roger a glissé son majeur dans ma petite fente qui ne lui a opposé aucune résistance. Je m’apprête à l’embrasser à pleine bouche quand je remarque que Geoffrey regarde vers nous. -Merde ! Il nous surveille, ton petit-fils…Je me recule et éclabousse Roger pour faire semblant de jouer comme des gamins. Il en fait de même afin de donner le change… mais j’ai tellement envie qu’il me baise sans plus attendre que je retourne tout contre lui, indifférente à ce que pourra penser mon copain.-Attends, Axelia… nous allons sortir un peu de l’eau et tenir compagnie à Geoffrey… Ça ne sert à rien de précipiter les choses, si ce n’est de les rendre beaucoup plus compliquées.Roger se met debout et marche en direction de la plage, me laissant une fois de plus toute proche de l’orgasme, avec un profond sentiment d’abandon et de frustration. Sans doute a-t-il raison, mais mon corps brûlant de désir ne l’entend pas ainsi… pas plus que mon esprit d’ailleurs.Je regarde autour de moi s’il n’y a pas un autre homme dans l’eau à proximité, prête à l’aborder et à me faire défoncer la chatte par ce parfait inconnu. Mon délire ne dure heureusement que quelques minutes… puis je me résigne à sortir de l’eau et à rejoindre Geoffrey et son grand-père.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32