Marika 2018 – Les Alpes en camping-car

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Marika 2018 – Les Alpes en camping-carMarika 2018 – Les Alpes en camping-carEn ce mois de septembre 2018, au cours de mes vacances dans les Alpes…Romain pilote mon camping-car… Nous découvrons des sommets, des cols, des vallées, des pics, des lacs, des bêtes, des gens… Que de belles rencontres au détour d’un belvédère ou d’une nuit en pleine nature, au bord d’un lac, entre sommets et forêts…Chapitre I – Au coin du boisNous sommes partis le 8 septembre, pleins faits, dans notre vaisseau amiral, un camping-car maniable et rapide, toujours prêt à se lancer sur des chemins étroits et tortueux. Première étape autour de Valloire, en souvenir d’une semaine en hiver avec des copains. Puis nous avons pointé vers les hauts cols du Beaufortain, et le Cormet de Roselend, magique étape au bord de l’eau, changeante comme une femme amoureuse…Romain est là pour moi, présent, tendre, il sait me combler la nuit venue, dans l’intimité de notre lit d’amour…Comme chaque fois, nous décidons d’élargir notre plaisir, dès que l’occasion se présentera, avec d’autres couples en ballade… Ou d’autres rencontres au hasard des chemins…Le temps est beau, frais la nuit, mais 24 dans la journée, de quoi marcher, renifler les fleurs sauvages, nos achats au marché, charcuteries et fromages… Tartes aux myrtilles, confitures et vin blanc de Savoie…Justement, un commerçant nous indique un coin magique…Aussitôt nous prenons cette direction, il est 16 heures en ce mercredi…La route serpente dans la forêt, nous suivons les indications notées… Arrêt sur un spot avec vue sur le Mont Blanc, magique paysage, les hauts sommets nous narguent, nous nous sentons petits, intimement enlacés, sur un banc du belvédère… Peu de monde sur cette petite route du fond de cette vallée, menant aux alpages, et les cloches qui tintent nous rendent joyeux… Sa main glisse entre mes cuisses… Le mal de l’altitude ? Ou le mâle de l’altitude ?Solitude attestée par un silence enivrant, je me laisse caresser en contemplant les sommets tout blanc…Le bougre me connaît, ses mains sont agiles et ont tôt fait d’approcher mon sanctuaire…Le petit pull léger, remonte doucement, mon soutien-gorge blanc montre mes deux rondeurs, dont les pics déforment le tissu, montrant que sa caresse ne me laisse pas insensible…Un baiser en guise de demande et il peut le dégrafer habilement…Me voilà les seins à l’air devant ce spectacle féerique, ces cascades majestueuses, le soleil qui joue à cache-cache…Pas de vent, pas de bruits, si ce n’est ma respiration…Il s’est penché sur moi, et me tête à loisir… Alors je fonds…Mes tétons sont durs, il les passe en revue, l’un puis l’autre, l’autre puis l’un…Je ferme les yeux… Et comme dans notre intime couche, il découvre ma grotte dans ma culotte et toutes les fleurs qui la parent et la défendent : Le gentil bouton d’or, qu’il effleure et qu’il tourne, la vallée verdoyante, le lys, avec sa rosée du matin, et le doux duvet, un plaisir de tendresse, et je m’ouvre comme ces fleurs, je m’offre écartelée, à ses assauts lubriques et son doigt, petit phallus magique, m’invite au paradis, grimpant toujours plus haut…La caresse est envoûtante, mon short s’est ouvert, zip cassé ou descendu forcé, il dévoile mon pubis… Romain est comme fou, il me savoure comme une crème, me fait monter en neige, me voici haletante, en plein délire, gémissante, je sens l’orgasme arriver…Il redouble de douceur et de tendresse, il sait ma cadence préférée…Trois doigts en moi, tendrement fichés en pointe remplissent mon vagin, je m’envole avec les aigles en retenant de glatir comme eux. Celui proche de mon point G déclenche l’avalanche, alors je me libère, je coule ma fontaine, pleure mon torrent, il m’accompagne jusqu’au bout à un rythme effréné… Je jouis enfin, vidée, assouvie… Il se calme et m’embrasse en me prenant dans ses bras, impudique sur ce banc dédié à la contemplation…Je relève le zip, abaisse mon pull, récupère mon soutif. Je lui souris, béate… de remerciements…Coquine et équitable, ma main se referme sur son pantalon, là où la bosse est indécente…En remontant vers le camping-car, la forêt nous offre un abri de branchages de sapins…La fellation est immédiate, torride… Le sexe sorti à la hâte disparaît entre mes lèvres, il vibre, pousse, râle, je caresse ses bourses… Je pompe prestement, il y avait urgence…Je le sens durcir encore, ma chatte dégouline de plaisir en ressentant les effets de ma caresse, je le prends dans ma main pour mieux le guider et laisse faire la nature… Il gicle sur ma langue, dans ma bouche, j’aspire, je tête, il pousse, je lui fais un fourreau, il jouit longuement, ses râles trouant le silence de la forêt interdite devant ce spectacle humain…Le baiser est de feu, trempé de nos effluves… Calmés tous les deux, nous reprenons notre périple vers ce lac, indiqué par ce gentil commerçant, qui ne se doutera jamais que notre chemin a été jonché d’actes sexuels…Nous sommes deux camping-cars après que les pêcheurs soient repartis.Personne d’autre que nous, ne reste à 1500m d’altitude, une eau claire et froide, un ballet de poissons, de canards et de foulques…Nous repérons les environs, un emplacement plat, et dînons tous les deux, après un grand tour de ce lac…Après manger, la nuit est tombée.Nos voisins sont discrets, enfermés, lumière intérieure allumée…Nous décidons de refaire un tour…Lampe électrique, chandail, nous partons vers la droite, à l’envers de notre premier tour. Plus de pêcheurs à respecter, la nature a repris ses droits, ses occupants aussi… Plus d’autres habitants nocturnes, invisibles, tapis, assoiffés sans doute…Nos yeux s’habituent, nous éteignons nos lampes, et restons assis sur un banc, à sonder la lisière de la forêt et le lac sombre désormais… Je pense à Nessie, aux lacs d’Ecosse, aux légendes…Beauté des lieux, tendresse de cet après-midi, il m’embrasse, je lui rends son baiser, blottie entre ses bras…Divers craquements nous parviennent, la faible brise emporte quelques feuilles déjà jaunes…Bruissement discret, la lune perce un nuage, nous reprenons notre tour…Le chemin s’enfonce dans les bois et s’élève légèrement, on domine le lac que l’on devine…Un feulement… Cri indéterminé, oiseau de nuit, crapaud ?Je me serre contre Romain…Je distingue quelque chose dans un sentier vers la forêt, entre des arbrisseaux…Une forme à terre, ou sur l’herbe. On s’avance…Le bruit devient plus clair, léger, quelques mots…La femme est allongée sur le dos, elle jouit du sexe qui la lutine doucement… Sa robe est relevée aux hanches, elle semble gravir les marches du plaisir à grandes enjambées… Mais soudain, elle inverse les rôles et monte sur son compagnon, qui s’est mis sur le dos…Elle s’empale d’un coup sec, avec un petit cri… Puis elle se balance d’avant en arrière, profitant de ce sexe dressé pour elle…Celui de Romain commence à pointer son impatience dans mon dos… Il baisse mon pantalon et la culotte, me plie légèrement afin que je m’appuie contre un tronc, et n’a aucun mal à m’empaler…Son sexe me perfore avec autorité, la séance de cet après-midi n’était qu’apéritive…La vue sur nos voisins de CC est imprenable, elle est écartelée sur lui, sa chatte avale la bite énorme de son amant à chaque mouvement, puis le libère et recommence…Il lui masse les seins, sous son gilet entrouvert… Romain accélère en voyant la femme prendre son plaisir en gémissant…Enfin, dans un élan princier, je ne peux retenir un râle…Elle nous aperçoit aussi…Romain me tient par les hanches et continue sans rien changer…Elle bouge et son amant peut la prendre en levrette, un peu comme moi, soumise, obéissante, offerte, les fesses relevées vers le sexe qui la porte aux nues…La lune joue avec les branches et les nuages, mais on voit son visage, elle jouit de plus en plus fort ce qui l’amène à la perforer en règle, Romain ne peut que les imiter…Oh !… La fin est irréelle… Elle se tient à genoux, bras écartés, tandis qu’il lui donne de grands coups de rein qui la font vaciller, ses seins sortent du gilet, je peux les apprécier, comme les miens, no trop gros, ni trop petits… Romain l’imite et ses coups de bite deviennent rageurs, je m’offre attendant l’assaut final…Oh, que c’est bon de sentir la chaleur de sa semence envahir mon ventre…La fille se lâche, s’écroule, il continue jusqu’au bout à la posséder, comme un cheval fougueux, dont je ressens les effets au plus profond de mon ventre…On ne peut que s’avancer vers la couverture…-Désolés, on n’a pas pu se retenir en vous voyant, nous sommes libertins…-On aime le faire en plein air, dans la nature, nous ne sommes pas contre un peu de sel dans notre couple… Vous préférez la douceur du camping-car ? La femme s’est relevée à genoux, ses seins dissimulés sortent selon ses gestes… Romain n’en rate pas une… Il a rangé ses outils dans son survêtement, mais semble subjugué par le visage radieux et l’accent chantant de cette jeune personne…-Je suis Anne et mon mari Alain. Venez vous réchauffer sur notre large couverture…Elle tend la main à Romain qui s’allonge à son coté. Je m’installe avec Alain, dont le sexe est encore en érection…Ma main ne peut se retenir d’aller constater…Oh, que non, il n’était pas encore en érection !… Je me penche sur lui, et commence à le caresser, lui donnant une seconde vie… Puis quand il est à point, mes lèvres glissent lentement sur la hampe dressée, jusqu’au bout, puis reviennent et recommencent leur ballet érotique…Anne a ouvert son gilet, Romain est aux anges…Penché sur elle, la bouche avide et les mains pleines, il se repaît des délices offerts…Elle se défait de ses vêtements, comme nous d’ailleurs, et écarte ses cuisses, lui offrant le meilleur en guise de bienvenue…Nos jeux s’enchaînent, se libèrent, s’érotisent, et notre pauvre sort de femmes fatales est balayé par les appétits féroces de nos mâles !Un marteau piqueur entre dans la danse et m’emporte dans des délires sexuels… Il est magique, puissant, envoûtant, et la nouveauté le stimule et l’emporte dans des actes osés pour une première et mon petit trou s’ouvre doucement, sans rechigner, lui permettant un assaut final très intime et très éprouvant, me laissant sans force, épuisée par tant de générosité et d’endurance…Les cris et râles d’Anne donnent ex-aequo les acteurs de ce premier bal…Le silence revient, Anne se glisse vers moi, tendre et sensuelle, elle me demande si je veux… Peine perdue, mes lèvres sont déjà sur les siennes et un délire lesbien commence sous leurs yeux, 69 en premier pour faire connaissance et nos bouches découvrent, nos doigts s’insinuent, nos lèvres en profitent et nous jouissons ensemble de nos caresses mutuelles, sans retenue, dans cette nature sauvage, au bord de la forêt, à côté d’un lac tranquille, troublé par nos gémissements de femmes en chaleur…La nuit nous environne, nous ne voulons pas nous séparer, nous dissocier, restant enlacés, embrassés, caressés, très tard, jusqu’à ce que le froid nous guide vers nos abris roulants…La place est trop exiguë pour 4 dans nos fourgons, maltepe escort nous décidons de tenter l’échange d’homme… Chaque nouveau couple isolé dans un camping-car…Alain est encore actif, de longues minutes, des heures, jusqu’au matin, dévorant mon énergie, m’emportant dans des délires inexplorés, découvertes d’un sexe total, mais restant dans nos limites de moralité… Je suis inondée de sperme au matin, celui du soir, de la nuit, de maintenant, il a joui de partout sur moi, en moi, et j’ai mêlé mes sécrétions aux siennes, même dans mes cheveux…Anne vient nous rejoindre, mais il est épuisé, nous nous contentons d’un échange entre femmes, un autre, plus abouti, plus complet, je la fais jouir avec ma chatte contre la sienne, en lesbienne éprouvée, nous frottant l’une à l’autre jusqu’à exploser des orgasmes tendres, communion de nos corps, nous donnant sans réserve…Il se masturbe en nous regardant nous agiter, jouir, nous embrasser, nous sucer, vibrer, recommencer jusqu’à plus soif…Elle est belle, étendue, offerte, désarticulée et impudique seule sur la couchette… Alain m’a prise dans ses bras, sur la banquette et masse mes seins négligemment en regardant sa femme… Romain qui vient d’arriver ne peut se retenir et se glisse à son côté, son dard bandé la prend d’un coup sec, l’emportant de nouveau vers un orgasme lyrique… Le fourgon grince, le lit craque, je fonds dans les bras de mon nouvel amant, il me baise sur la table, puis le couple nous invite à les rejoindre, serrés les uns contre les autres…Alain m’a prise par derrière, en ciseau, me berçant doucement, tandis que l’on regarde nos conjoints s’embrasser, faire l’amour, jouir et orgasmer sous nos yeux…Je jouis encore et encore, bouches, sexes, doigts, tout me fait jouir, tout m’emporte, un régal !Au matin, vers 10h00, petit-déjeuner complet, assises sur nos amants, nues, encore couvertes de leur sperme…Baignade délassante, on remet cela le soir même et nous passons encore une nuit avec eux…Anne est un régal, autant avec Romain qu’avec moi et Alain un amant de première, inventif et complet, qui me laisse rêveuse chaque fois… Ils forment un couple parfait, complémentaire, sympa, une rencontre trop rare…Ils repartent ensuite vers la Suisse, leur pays, nous continuons notre tour des Alpes, entre marmottes et chamois, lacs et torrents, chaud au cœur…Chapitre II – En refugeNous ne faisons pas que cela en vacances… Nous marchons, gravissons, plongeons et le repos du soir est souvent mérité. Romain s’occupe de l’entretien de notre camper, WC, vidange des eaux usées, plein d’eau propre. Lorsque nous le pouvons, nous optons pour un arrêt en aire aménagée, mais on ne dédaigne pas faire une halte en pleine nature, si les conditions sont remplies, sécurité, environnement, discrétion. Un camping parfois pour profiter des sanitaires chauffés, un entretien poussé de notre CC, une sécurité supplémentaire parfois bienvenue après un long trajet.Cette fois nous sommes en camping. Pas très loin de Tignes, un havre de verdure, et de larges emplacements confortables, arborés, électricité et eau sur place…Les environs offrent des ballades à pied, nous verrons demain…La nuit est calme, Romain a conduit longtemps. Je fais des mots croisés en l’entendant ronfler…Je pars alors vers les sanitaires, me brosser les dents, faire une petite vaisselle, les repas sont « camping », vite fais, bien faits…Le lendemain, nous restons presque seuls dans notre coin, nous partons l’après-midi faire une longue marche, découvrant un site sympa, au bord d’un torrent, nous atteignons un refuge qui propose des repas de bergers, appelés macaires en Alsace signifiants repas à base de produits du terroir…Le refuge est vide, nous dînons de pommes de terres, tourtes, salade, charcuteries, tarte aux myrtilles…Il nous faut redescendre… Sans lampe électrique, peu habillés…Nous décidons de passer la nuit en altitude…Couchettes superposées dans un dortoir pour 6… On s’arrange, on dort en bas, on se serre, le temps de se réchauffer… Vin, alcool de genépi font bon ménage… Romain est à point, je me sens pointer contre ma cuisse…Arrive ce qu’il est prévu, crac-crac rapide au moment où un couple s’installe dans une des couchettes et font comme nous, partagent celle du bas…Ils ne nous ont pas captés, et se mettent au travail avant même d’être installés, car elle se déshabille entièrement, se croyant seule… La quarantaine, svelte, belle, blonde, lui brun, bronzé, pas mal…Je sens le dard de Romain me pénétrer, le coquin ne peut pas se tenir, le temps de la voir ouvrir ses cuisses à une main décidée…Il la caresse longuement, ils restent debout, contre la couchette. Il est nu aussi maintenant et prometteur !…Le sexe glisse en moi, m’emporte peu à peu… Je suis trempée… Elle jouit face à moi, ses seins massés, une main de son amant toujours entre ses cuisses… J’aperçois son petit cul lorsqu’elle se tourne, elle s’agenouille pour une fellation…Romain est tendre, précis, contenant mon plaisir, que j’exprime faiblement…La bouche de la jeune femme va et vient, les lèvres glissent le long du pénis, elle le tient en main, caresse les bourses de temps à autres…Je respire plus fort, Romain pelote mon sein droit…La fille se relève, s’allonge en travers, les jambes pendantes et écartées, son sexe ouvert, il s’approche et la prend d’un coup sec, puis la besogne en déclenchant un torrent de paroles incompréhensibles…Elle replie ses genoux, il peut la posséder complétement… Elle se laisse aller, grand écart maintenant, puis mains aux genoux pour s’ouvrir à lui et s’en délecter pleinement… Il la travaille avec expérience, s’entendent très bien, elle jouit chaque caresse, chaque position…Je fonds de l’entendre, de la voir dans la pénombre, d’imaginer son plaisir… Il la caresse en même temps qu’il la baise comme un soudard, un véritable TGV, malade de vitesse, elle jouit bruyamment…Il se penche sur elle et se met à la sucer, à lécher le sexe béant, copieusement, puis insinue ses doigts pour la masturber et elle repart en de grandes envolées lyriques, intraduisibles pour moi… Un doigt plonge dans son anus, elle s’ouvre à lui, lui dit « Oui, viens », il masse et salive, puis la sodomise, la portant à un orgasme aux sonorités rauques, puis stridentes, et elle jouit, griffant les draps…Je sens Romain grandir et grossir, et accélérer… Je souffle mon plaisir…Je reçois sa semence : je l’adore, généreux et tendre, il sait me donner ce plaisir intense qui me porte au paroxysme du plaisir…Elle râle de nouveau, vibrant entre ses bras, se laissant perforer la rondelle et semblant adorer ça, car elle en redemande…Il la lutine, debout, arc-boutée au bord de la couchette, écartelée, je vois son visage rempli de plaisir, il lui assène ses derniers coups de rein, elle ahane, crie, râle, gémit, ondule sous lui… Il a éjaculé…Il se redresse, la prend dans ses bras et lui donne un long baiser d’amour…A cet instant, le doigt de Romain mouille mon puits, me prépare, et hop, je le sens glisser, en retenant mon souffle, mon désir de crier, mais sans répit il me prend, et je cède mon anus à la passion…Mon discours est délicat, imagé, teinté d’argot… Il me baise en cadence, j’aime cette position, sur le côté, cuisses en ciseaux… Il va et vient et nos compagnons nous ont repérés…Romain ne perd pas de temps pour arriver à ses fins, je me relâche aussi pour le sentir venir en moi, se lâcher avec rage, en parfait macho.Mes râles augmentent, jusqu’à ressentir l’onde de chaleur créée par sa semence…J’ai joui fortement, je suis heureuse, pleine de sperme qui s’écoule sur la couchette, 4 jours sans rien faire…Ils sont là, nous sourient, nous parlent, mais on ne comprend pas…-Français ?-Oui…-Un peu nous… Merci pour sexe…-Merci aussi, beaux, tous les deux, on n’a pas pu résister…-Yah, good, OK, aussi, nous pressés, faire amour… On aime regarder, échanger, et vous ?-Oui, mais…-Now ? Tu me plais toi, belle comme la fleur… Je suis Mark, et my wife, c’est Jenny…-Oh ! Jenny, je suis Romain et tu me plais aussi…-Oui… Moi, Marika… Mark d’accord pour aller avec toi…-Romain, prends soin de Jenny, elle adore le sexe… De partout…Et là, je passe une nuit blanche…Mark est un diable, il n’arrête pas de me sauter, me perforer, me pistonner, chaque fois avec éjaculation profonde, au fond de mon vagin endolori, mais ravi…De leur côté, nos conjoints semblent prendre la vie du bon côté, Jenny a joui plusieurs fois aussi, clouée au fond de la couchette, allongée sur Romain, puis passant sur celle de dessus, qui offre plus d’espace en hauteur… Je n’ai pas vu mais entendu !Quelques phrases que j’ai pu traduire…So good! … I feel your cock … I come, yes, take my ass …I need your cock in my pussy, fuck me again, make me scream with pleasure. Oh, yes… Come on, again!Take my ass too and fuck me like a bitch. I like to be sodomized, feel your cock enjoy me and ejaculate …Ça craque, vibre, tremble, tape, et elle jouit de nouveau… -Romain, bon amant, Jenny jouir…-Toi aussi Mark… Marika fatiguée, épuisée, out…Il me prend et me porte vers eux… Jenny me sourit, elle tapote à son côté, je comprends et monte, virant mon Romain…-Romain, venir, schnaps, dans le bar, je sais où…Ils s’habillent et sortent vers le bar…-Tu es belle, ton époux m’a faite jouir souvent.-Toi, belle aussi, parfaite, corps, seins, ventre plat, moi non, manger français pas trop bon pour ligne… Romain est très doux, j’aime vous deux… Viens je veux te faire amour…Elle est douce et tendre et sait sublimer le corps des femmes, et nous nous comprenons, car elle parle français couramment. Gestes mutuels, caresses et baisers, nous jouissons de nouveaux orgasmes, très sensuels, très féminins, sa langue parcourt mon corps, de partout se glisse et je jouis…Elle réagit à mes sollicitations, je trouve son point G, elle se libère, et expulse une belle quantité de nectar, surprise mais pas gênée, dans sa nudité et son orgasme qui clôture nos ébats… Enlacées tendrement, nous parlons, échangeons, elle me sourit et me caresse, elle est divine…Elle saute à terre, cherche son haut et son pantalon, je fais de même et nous gagnons le bar…Ils sont là tous les deux discutant comme des copains d’enfance…-Ils sont beaux nos hommes.-Oui, et bons !-Je confirme… Tu n’es pas jalouse ?-Pas du tout, nous échangeons souvent, cela nous plaît de vivre nos pulsions sexuelles ensemble. Pas de gêne, pas de tromperie, juste du sexe…-Nous, c’est pareil. J’aime le sexe depuis mon plus jeune âge. Je l’ai fait très tôt avec un cousin qui m’a déniaisée, puis avec une copine, on s’est initiées, une tante aussi c’était divin avec elle, sensuelle et expérimentée, je l’ai fait ensuite à plusieurs, des soirées coquines entre amis, des couples souvent car je m’y sens plus à l’aise. Et maintenant que je suis mariée, je continue avec Mark à vivre des rencontres sans faire de trous dans notre contrat… A l’improviste, selon le feeling de l’un ou de l’autre, on partage et on décide sur l’instant de le faire… Oui, on kartal escort parle allemand ou anglais dans ces moments, cachant nos sensations… C’est pour ça… Mark est breton… Moi aussi…-Oui, nous c’est pareil, on aime surtout en camping-car, on fait plus de rencontres avec des couples qui cherchent aussi l’aventure…-Nous on est en voiture, on arrive directement de Bretagne. C’est difficile de trouver des gens équilibrés et sains…-Nous du Sud, Montpellier. Seconde semaine…-Ah… C’est chaud, ça me rappelle une soirée à Agde… Sur la plage naturiste, avec des copines pour mon anniv. Je m’étais faite sauter par une dizaine de mecs pendant la soirée, je n’étais pas mariée encore… Quel pied le camping naturiste… Tu vis nue chez toi…-Non, seulement au bord de ma piscine où j’ai aménagé un havre de verdure, avec canapé et coussins… Je le fais souvent là avec Romain l’été…-Oui ; c’est vrai, mais dans mes rêves tu seras partout… Tu l’as fait à Agde ? Moi, j’ai goûté à tout cette année-là… En discothèque, sur la plage, dans l’eau… Je n’avais pas le temps de me laver, un autre arrivait, me faisait boire, m’embrassait, me caressait, je le suçais et hop il me la mettait profond et je jouissais pour la première fois comme une femme, sans complexe, sans arrière-pensées… Parfois je me mettais en amazone et menais le bal. Je criais mon plaisir ce qui attirait d’autres mecs… J’ai tout fait, tout appris dans cette nuit, même l’amour avec une femme…Cette nuit-là, j’ai fini ivre morte sous un duvet, dans les dunes… J’ai vomi en me levant, je croyais être enceinte… J’avais 20 ans…Mes amies m’ont retrouvée, heureusement… Ouh… Quelle orgie… C’est le lendemain que Maud m’a soigné et m’a fait découvrir la femme…-Jenny, tu recommencerais ?-Non, je, à 45 ans… Ou alors en sécurité, avec des amis, comme vous 2. Beaux, sains, passionnés, Romain me fait beaucoup d’effet tu sais ?-Mark n’est pas mal non plus, il est viril et tendre à la fois…-Vous redescendez ce matin ?-Oui, nous sommes au camping du village, le Ru, au 134, nous étions crevés hier soir…-OK, si on peut se revoir, voici mon portable. Tu peux nous loger ?-Oui, on a 4 places, mais jusqu’à maintenant le lit secondaire n’a pas beaucoup servi, le lit parental est large surtout quand on est les uns sur les autres…-C’est imagé, j’adore, j’en ai l’eau à la bouche…-Il y a une banquette aussi, confortable, pour des câlins coquins…-Oh, arrête ! Je commence à…-Moi aussi, tu me plais…Il est tard, les hommes nous proposent d’aller nous coucher…-On peut choisir avec qui ?-Il y a des places, nous sommes les seuls ce soir, et les gardiens sont montés…-Mark, Marika nous invite dans leur camping-car demain soir au village…-Oh, oui, d’accord, une expérience… Après le refuge… On vous invite au restaurant avant, OK ?-D’accord, répond Romain. Je garde ta femme ce soir avec moi pour les quelques heures qui nous restent…-OK, je serai ravi de dormir avec Marika, le plaisir est pour moi…Nous décidons d’utiliser une seule couchette, eux en bas, nous en haut, ce qui permettra de faire un échange si besoin… Comme tout à l’heure…Mark s’endort dès son premier exploit, et me laisse seule dans la nuit…Au-dessus les choses vont lentement, cris étouffés, râles pudiques, orgasme discret…-Branle-moi encore pendant que tu me sodomises…Là, je monte voir…Elle est soumise, les fesses offertes, il la prend par derrière, son sexe plonge en cadence… Je glisse ma main entre les cuisses et caresse l’accès à sa grotte libérée…-Oh, oui…Le clito exacerbé la fait partir plus loin, elle gémit, râle de plus belle et ma main s’enfonce lentement dans la chatte détrempée…Je suis en elle, et la lutine… Elle pleure de plaisir !… Elle tremble, puis ses yeux se révulsent, épuisée de plaisir… -Oh que c’est bon ça… Marika… Je te remercie d’avoir ajouté cette caresse intime, ce fist délicieux pendant que Romain me sodomisait… Ton homme est un expert du sexe, toi aussi… J’ai envie de vous revoir ce soir, de me donner encore à vous, de vous faire jouir tous les deux avec Mark…-Tu es très sensuelle, j’apprécie tes compliments, j’aime ta franchise et ta loyauté. La nuit est très calme, presque trop, les hommes ronflent, Jenny parle…Je sens le café, le pain grillé, je prends une douche, seule…On se retrouve dehors, sur la terrasse, il fait encore frais, mais le soleil nous éblouit.Que c’est beau la montagne le matin… Romain me fait rire, il est ravi de sa nuit… Jenny est rayonnante, un pull rouge sur un survêtement, à croquer. Mark est contre moi, tendre, et me complimente sur mes actions de cette nuit… Je suis gênée…-J’ai encore envie de toi… Je rêve…-Ce soir, nous nous retrouverons au camping, et tu pourras continuer ton rêve…-Tu as aimé ma chérie ?-Oui, tendresse, sensualité, avide aussi, comme moi…-Elle ne pense qu’à ça, elle aime ces instants de découverte. Elle adore séduire les femmes, savoir si elles sont bi, comme elle… Je ne m’en plains pas… Mais parfois elle tombe sur un os, fermée aux hommes, pure lesbienne, alors elle me demande si elle peut le faire toute seule…-Et alors ?-Elle aime l’échange lesbien, elle revient calmée pour quelques jours… Elle est amoureuse de moi, me comble de caresses… Je la sens vibrer sous moi, elle a besoin de ça après, une bonne baise, elle se donne à fond, chienne et soumise… Je me régale.-Différent de nous. Je ne vais pas chercher ailleurs, juste je prends ce qui vient, l’échange me plaît et nous convient lorsque notre choix est commun. On s’éclate tous les deux… Je deviens chatte avec lui, il est plus viril, plus macho, il me fait délirer…-Ouh, ça me donne envie d’en parler…-Calme, attends ta partenaire de jeux… Où ils sont d’ailleurs ?Sous la douche, infernale, écartelée, il la prend debout, elle jouit, jusqu’à l’orgasme, bruyant, sauvage, soumise…Mark me caresse et me prend à son tour devant eux… Adossée à la paroi froide, je le sens me perforer, me conduire au plaisir directement, et sa semence envahit mon ventre… Jenny se penche, recueille le fruit de son mari, m’embrasse, les lèvres pleines de sperme…Quelle matinée divine…Les yeux dans le vague, la larme à l’œil, le baiser d’aurevoir, nous reprenons la direction du village…-Crénom, ils sont fous…-Ils sont sublimes, je les adore… Mark est gentil, doux, puissant, autant que toi et il l’aime au-delà de tout, je le sens penser à elle quand il jouit en moi…-Elle est si féminine, sensuelle, voire perverse, tant elle aime séduire, baiser, elle aime caresser, elle est tactile, et sait venir chercher le plaisir…Le seul resto du village est ouvert, je réserve pour 4. Nous faisons une promenade jusqu’à midi, histoire de digérer nos ébats…Nous dînons d’une salade et de tomates, puis on s’allonge pour récupérer nos heures de sommeil… Pas question de sieste coquine… Je l’entends ronfler comme un sapeur, il a un bon tirage… Je rêve de verdure, de torrents, de plage et de chaleur, puis d’Agde, je me vois revenir à mes 20 ans et à cet anniversaire qu’elle évoquait… J’ai dormi 2 heures… Beaucoup trop… Je suis sans forces… Romain s’est levé, m’a abandonné, non, il a installé les sièges de repos, la table, ouvert le auvent, et il lit un roman…-Tu m’as laissée ?-Tu ronflais à ton tour, je n’ai pas osé interrompre ton rêve, tu gémissais, ça avait l’air chaud…-Oh, presque, une soirée d’anniversaire, mais je ne sais plus les détails, ni la fin…-Tu as parlé d’elle en tous cas, Jenny…-Non ?-Si, marmonné des trucs… Elle te plaît cette femme.-Oui… Et lui aussi, ils vont bien ensemble, ils s’aiment, il m’a dit que parfois elle draguait et trouvait une pure lesbienne, elle lui demandait la permission de la sauter…-Et alors ?-Il la lui accordait et en retour elle revenait ravie, pleine de tendresse et active…-Miam… Tu devrais t’en inspirer…-Je n’aime pas les gouines 100 pour 100…-On dit pourtant qu’elles lèchent mieux… Que c’est plus torride et exclusif ? Faudra que je regarde mieux…-Pas question de regarder, voyeur ! Et ne suis-je pas assez chatte lorsque je reviens vers toi, le lendemain d’un « échange » ?-Si, je reconnais…-Tu me manques trop, j’aime ton sexe, il me réconforte et me donne du plaisir, celui de faire l’amour… -C’est pareil… On s’aime, car on s’entend bien, on se comprend, et nos parenthèses ne changent rien à notre couple libéral, au contraire, elles le raffermissent. On va monter d’un cran avec eux, on va vous prendre à 2…-Enfin !… On sera vos assistantes, spectatrices chacune à notre tour, pour vous aider dans notre quête mutuelle, du plaisir total…Nous préparons deux bricoles pour l’apéritif, ils viendront ici s’installer et visiter notre vaisseau…Chapitre III – En campingLa journée s’étire, comme nous, lente, douce, reposante…Ils arrivent en fin d’après-midi, Jenny très chatte m’apporte un joli bouquet, Mark m’embrasse sur la bouche sans complexe… J’apprécie, le ton est donné…J’explique que l’on a réservé et que j’ai préparé un apéro ici, dehors oui, mais dedans s’il fait frais…On commence par la découverte de notre camper…Jenny adore l’intimité créée par ce genre de véhicule. Tout est à portée, peu de ménage, confort total même pour les marques premium. Ensuite la classe augmente avec des équipements de luxe, pire qu’à la maison, mais ce n’est pas ce que l’on recherche, on a trop l’esprit camping. Ils sont d’accord et laissent les super campers aux Stars et aux sportifs itinérants, voulant retrouver chaque soir la même ambiance, voire y travailler en paix.Il comme à faire frais, on décide de rester dedans. La table de 4 suffit, pas besoins de la rallonger. Nous avons deux banquettes face à face, idéales pour les repas. Je sors mes préparations et j’ajoute toutes les boissons que l’on possède… Plus les glaçons !Whisky coca, vodka orange, pastis, rosé pamplemousse à la mode… Bières, jus de fruits, etc…Mark vient contre moi, Jenny donne un baiser rapide à Romain, on se souhaite une bonne santé et buvons en discutant de notre journée. Jenny s’est baignée au lac dans la descente, on l’a raté… A gauche après le hameau du haut, bon, nous le saurons…La main de Mark devient plume sur ma cuisse, Jenny se trémousse… -Je propose de commencer doucement, il est presque l’heure, si on se laisse emporter…-Tu as raison, sage ! -Eh bas les pattes, non ! Attends !-Brrr, il fait froid dehors, dedans c’est très chaud…-Tout à l’heure, sortez, on va s’habiller pour l’occasion…Ils sortent, obéissants…-Qu’est-ce que tu mets ?-Rien de plus, c’est pour t’avoir à moi…Elle est douce et son baiser très tendre, et ses mains m’affolent et les miennes remontent sous son pull, elle est nue…-Surprise ! Cadeau !Elle est coquine et si adorable… Je fonds en la serrant contre moi, sa main dans ma chatte, premier assaut gagnant !-Ouh !… Tu y vas fort…-J’ai envie de toi, de te lécher, de t’entendre minauder, feuler, râler…-Tout à l’heure…-Promis ?-Oui…Je me rajuste, elle me sourit…-Allez, viens…Le chemin est court pour nous rendre au restaurant. Immédiatement, le patron me reconnaît et nous invite à le suivre à notre table. Feu de pendik escort cheminée, ambiance chalet, nous commandons une bouteille de blanc de Savoie, un pétillant léger et très traître…Fondue pour tous, aux cèpes, avec une belle assiette de charcuterie, généreuse et délicieuse.Quelques clients viennent compléter la petite salle, touristes, mais aussi des jeunes, d’une équipe de foot locale, après l’entraînement…Nous restons sages, mais l’alcool nous monte tout de même à la tête, après la seconde bouteille… Jenny devient coquine en regardant la table voisine, où les jeunes les yeux brillants, plaisantent sur ses formes attirantes, en tout bien et tout honneur, ils aimeraient en faire leur mascotte… Jenny, charmée, se lève et entame une danse très sensuelle en leur honneur…-Oui, allez les jeunes, gagnez des trophées, le sport est une pratique saine, pour le moral et le physique. Je ne fais pas mes 60 ans qui arrivent, et j’ai été championne Suisse de tennis dans mes jeunes années…-Oh, super, vous rayonnez plus que ce feu de bois qui embaume… Un banc pour cette championne qui se fiche de nous, car 60 ans mon c… !-Tu as raison jeune éphèbe, mais je tairais la vérité quand même et le reste est vrai… Deux ans championne vaudoise féminine… Années début 80…Ils nous offrent une autre bouteille, nous rejoignons leur table… 5 hommes, 3 femmes et nous 4, nous mettons de l’ambiance et chantons des airs savoyards, puis français, puis paillards…Les blagues fusent, Mark offre le digestif, Romain remet sa tournée…Le patron et sa femme arrivent et se joignent à nous, c’est la fête au restau. Ils mettent de la musique et on danse, n’importe quoi, n’importe comment…Jenny se donne en spectacle, Mark essaie de la calmer, les jeunes sportifs la mangent des yeux, quand sa robe elle soulève, et que ses mains moulent ses seins, affolant la troupe entière.Une des filles vient la rejoindre, puis l’imite, et les autres arrivent, alors je m’y mets, suivie de Marie, la patronne, une belle brune d’une trentaine d’années, nerveuse et active, qui sautille en tous sens… Ensuite deux jeunes femmes se joignent à nous, serveuse et cuisinière…Puis c’est la folie et tous s’y mettent. Nous sommes en sueur, et les slows commencent… Que souvenirs résonnent… Je me retrouve avec un grand gardien de buts !… Pas mal, la vingtaine, il joue pour le fun, il est carrossier de métier et travaille au garage du village, il n’y en a qu’un, et c’est dur. Ils font station-service, épicerie, sont ouverts 24/24 et 7/7. Son père est le propriétaire et pense fermer à terme…Ses yeux verts me demandent…-La soixantaine…-Pas moins ?-Non, le compteur n’est pas trafiqué… Tu affiches tes vingt ans…-Vous êtes magnifique, aux formes désirables, vos yeux crépitent et pétillent comme les flammes dans l’âtre…-Tu es coquin, toi, mon ami ne sera pas d’accord…-Il est beau aussi. Vous êtes heureuse ?-Oui, très… Mais parfois il faut aider le sort, la vie, l’amour, le désir…Alors on prend un peu de temps… On s’offre une parenthèse… Tu vois le couple avec nous ?-Oui, elle est somptueuse…-On va faire l’amour ensemble cette nuit, comme la nuit passée…-Vous échangez ?-Oui, nous aimons ça avec Romain… Mark, le mari de Jenny est très actif, et le mien passionné…-Dommage, je n’aurai pas ma chance, je suis seul…-Je te plais ?-C’est peu… J’aime la plénitude, ce mélange de femme de caractère et de sensualité, tendresse, corps de déesse, esprit libertin, qui aime l’aventure, le sexe, sa liberté…-Tu n’as pas d’amie ?-Non, pas encore fixé. Je papillonne… -40 ans d’écart, ça fait… Même pour quelques minutes… Je serais gagnante en fait, tu sembles fougueux, tu as envie de moi…-Tu serais d’accord pour un écart de conduite ?-Ouh… Tu es direct… Nous sommes ensemble avec Romain et aimons partager. Là, cas particulier… Tu es seul, je n’ai rien à lui amener en échange…-La cuisinière là-bas, c’est ma tante, on s’entend bien et elle aime tout…-Présente-moi ta tante, j’en touche un mot à Romain. Comment on peut faire discrètement ?-Au premier, il y a une chambre à donner, à gauche de l’escalier. Elle sert pour ça… Rencontres discrètes, urgences, ma tante c’est Eliane, la blonde qui danse avec le grand Paul.-Elle a l’air de bien le tenir… Elle et toi ?-Il est fiancé avec la brune qui… Mince, elle est avec ton copain… Eliane, oui… Elle m’a appris bien des choses, c’est ma confidente…-Elle est mariée ?-Non, veuve… Elle a besoin de le remplacer dans son lit… Alors je me dévoue… On reste en famille… Petit village, grandes langues…Je parle à Romain de ce gamin qui me séduit… Sa tante est la blonde, veuve et éplorée… Un petit moment de folie… Juste pour… Il est d’accord, nous montons sans nous faire voir… Je tourne à gauche et tire Romain… Eliane nous a devancé…-Bonjour, moi c’est Marika, mon ami, Romain…-Eliane, je suis la tante de Louis.Entrons… Le voilà…Elle nous sourit…-Oui, je suis libertine… Mon neveu est trop beau pour le laisser végéter et je suis veuve… On se rend service mutuellement, juste pour le fun et très discrètement.-Nous voyageons en camping-car et très discrètement échangeons de partenaires lorsque l’occasion nous met en présence de personnes qui nous ressemblent et nous plaisent…Elle invite Romain à danser, elle éteint…Louis est déjà contre moi, ses lèvres sur le miennes s’ouvrent, me mangent, me savourent, il me serre dans ses bras, je fonds…Nos yeux s’habituent à la pénombre, nous faisons le tour du lit, mes seins sont libérés, je suis nue en quelques secondes, et je me retrouve contre Eliane qui savoure la langue de mon Romain entre ses cuisses écartées… Je m’offre à Louis, et sa langue m’emporte et nos râles de femmes s’envolent, et je sens son sexe taper sur mes cuisses… je le prends et le suce, quel pied… Eliane est déjà juchée sur Romain, on se retrouve dans la même position, face à face… Elle prend ma main et la pose sur ses seins et tandis que le sexe du jeune homme me prend lentement, je masse les seins de ma partenaire de jeu, qui commence à jouir de la bite de mon homme, en me rendant ma caresse… Tout cela va vite, très vite, le lit craque, les paroles fusent, les soupirs se multiplient et les premiers orgasmes arrivent pour notre plus grand plaisir…Romain la possède, la pilonne, et elle jouit sans cesse…Louis m’a retournée et me prend en levrette, il s’enfonce en cadence, me fait délirer, il est gros, profond, dur, et ses doigts ajoutent à l’histoire en venant exciter mon clito, mes tétons, il me conduit aussi doucement vers l’extase…Eliane se paye une tranche de délire, excitée par Romain et ses allers-retours de professionnel… Quel pied, elle vocifère à loisir emportée, nature, se donne sans compter, délicieuse petite amante aux seins épanouis et Louis me prend encore et encore en entendant jouir sa tante adorée…Quelques minutes plus calmes, puis c’est le délire de nouveau…Eliane est prise par derrière et mon romain lui enseigne la sodomie à quatre mains…Quelle cavalcade… Elle en prend plein le cul, ahane sous les coups de queue, blasphème, se vide… -Oh que c’est bon… Baise-moi encore… Oh… Viens…Elle avale la bite, la nettoie, pour mieux lui ouvrir sa chatte et Romain passe la seconde couche…Louis n’est pas en reste et la campagne a du bon, les longues soirées d’hiver ont porté leurs fruits et l’expérience a du bon… Il me pilonne, me sodomise, me ses doigts trouvent mon point G et je jouis en râlant comme une dératée… Eliane est montée sur moi et on échange des baisers intenses et profonds, les fesses offertes à nos amants… Qui changent de partenaire à loisir désormais… Jusqu’à ce qu’ils s’entendent pour la prendre tous les deux ensembles et qu’elle jouisse un orgasme incroyable, jusqu’à s’écrouler dans mes bras, épuisée et pleine de sperme de nos amants…-Oh, je suis défoncée… C’est de la baise de qualité mes chéris… Quel pied… Louis, tu deviens mon maître… Je t’avais guidé dans le plaisir, Romain te donne le LA… Je suis vannée… Merci mes amis… Romain et Marika, revenez, voici ma carte, le restaurant nous appartient tous avec ma sœur et mon beauf… J’aimerais vous revoir…-Tu nous reverras, toi aussi Louis, tu es divin, tendre et magique, puissant et viril…La soirée se termine sur ce… Nous récupérons difficilement Jenny que je trouve dans un coin de la cave, à moitié dévêtue, en train de forniquer avec un des jeunes joueurs, le suçant avec délice, il grognait tant et plus que c’est lui qui m’a attirée…Un sein à l’air, culotte de travers, elle n’avait pas encore consommé, mais était à deux doigts (sans jeu de mot) de le faire… Elle lui accorde un dernier baiser en gémissant d’excitation, puis remonte dans la salle où nos hommes s’en donnent à cœur joie avec les demoiselles et dames qui peuplent la salle obscure… Romain et Mark partagent la sœur d’Eliane, l’épouse du beauf, la belle brune pulpeuse, pétillante à souhait, coincée les seins à l’air et la robe relevée en train de jouer du pipeau et de la flûte avec les deux instruments qui l’encadrent… La famille a de quoi se distraire, le restaurant rempli chaque soir, devient un lupanar après le service ? J’ai vu entrer deux personnes au moins, par la porte arrière, jeunes femmes ou jeunes filles, venues se mêler à la fête, embrasser deux jeunes joueurs de foot, la célébrité déjà ?Le camping-car nous paraît triste à côté du restaurant, mais il est déjà tard lorsque Jenny vient se coller contre moi, nue et excitée, s’offrant à nos conjoints dans une belle mixité…Ils ne refusent pas cette opportunité et la partagent sans encombre dans la grande couchette… La nuit commence avec ce tableau, Jenny prise par son mari, sodomisée par Romain, et qui commence une cavalcade effrénée, bourrée par les deux sexes excités. Je ne peux que m’y adjoindre, venant glisser ma chatte sur ses lèvres, ses seins pétris par mes mains alors qu’elle jouit de leurs bienfaits… Oh, délicieuse Jenny qui enflamme par ses cris et ses râles, notre nid roulant… Mark vient ensuite me prendre délicieusement, excité de me voir me gousser avec sa femme, faisant le missionnaire, puis m’emportant au salon pour profiter de mes atours en glissant son membre dans mon derrière pour m’apporter un surcroît de plaisir phallique…Jenny s’offre Romain pour elle, chevauchant mon homme avec frénésie, se prenant de plein fouet le sexe énorme par tous ses trous, bouche, chatte et entrée des artistes et en redemandant une bonne partie de la nuit, jusqu’à sevrage et abandon par KO…Mark reste avec moi, je sens encore sa verge détendue dans mon dos, ses mains sur mes deux globes, sa respiration reposée dans mon cou… Nous sommes montés dans la couchette suspendue, la place est grande, c’est rare que je m’y endorme…L’odeur du café, un baiser de tendresse, une main baladeuse sur ma nudité, Mark descend. Jenny dort encore et Romain m’envoie un baiser, il est souriant… Cet épisode se termine dans la matinée, par notre séparation à regret, avec la promesse de garder le contact et d’essayer de nous revoir bientôt…Le camping ferme ce samedi, nous devons changer de vallée, après ces quelques jours de découvertes, riches en émotions…J’ai adoré ce dernier couple, Romain parle souvent de Jenny… Il est tendre et amoureux, j’adore !!!FINMarika842010 – Octobre 2018

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32