DialNet – Round 4

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Big Ass

DialNet – Round 4ROUND 4Meat : Bonsoir Kruel et merci pour le spectacle de qualité. Surtout cette fin étonnante. Kruel : Content que vous ayez apprécié.M : Apprécié, peut-être pas : j’avoue être resté sur ma faim. Disons plutôt que je m’attendais à tout sauf à cet épilogue. Et avec le recul, c’est un coup de Maître, si je peux me permettre cette saillie facile ! K : Merci. Qu’est-ce que je peux faire pour vous ?M : Droit au but… Très bien ! Truica est votre soumise ?K : Non. Disons une nouvelle camarade de jeu. Je ne l’ai jamais rencontrée physiquement et nous n’avions discuté que deux fois avant le show de ce soir.M : Aucune objection dans ce cas à ce que je me positionne pour la prendre à mon service ?K : Aucune. Je pense simplement qu’elle refusera mais c’est à vous de voir.M : Vu son potentiel indéniable, j’aimerai essayer. Mais qu’est-ce qui vous donne à penser qu’elle refusera ?Kruel résume rapidement ses discussions précédentes avec Truica, notamment sa situation sociale compliquée et son obligation à la prudence et à la confidentialité.M : Le challenge s’avère donc des plus passionnants. Sans l’avoir vue à l’œuvre, j’aurai estimé qu’elle n’était qu’une fantasmeuse de plus mais là, il est indéniable que c’est une vraie maso. Bien drivée, je pense qu’elle pourrait aller très loin dans la souffrance. J’aimerai le lui proposer. Vous pourriez nous mettre en relation ?K : Aucun souci. Je lui fais un copier/coller de notre discussion de suite. Après, ce sera à elle de décider…Le lendemain. Meat se connecte et constate qu’il a une demande « ami » de la part de Truica.Il l’accepte, se déclare en ligne et constate avec joie que sa proie est elle aussi connectée.M : Bonjour Truica.T : Bonjour Meat.M : Tout d’abord, merci d’avoir accepté l’invitation. Après ton exhibition de l’autre soir, j’avais très envie d’échanger avec toi.T : Heureuse que tu ais apprécié.M : Tu as compris l’objet de ma demande ?T : Oui. Tu souhaites me prendre « à ton service ».M : C’est ça. Qu’en penses-tu ?T : Je pense que c’est malheureusement incompatible avec ma réalité. Kruel t’a expliqué, je ne suis pas libre ni capable d’assumer socialement mes pulsions.M : Et des séances de torture irrégulières ?T : Je ne peux pas me permettre d’être durablement marquée.M : Il y a de nombreux moyens de te torturer sans pour autant que tu finisses marquée…T : Tu as de la pratique ?M : Oui. Et j’ai un site. bakırköy escort Disons que c’est une sorte de CV. Il reflète bien ce à quoi j’aspire. Voici l’adresse ainsi qu’un ID/Pass. Ça te permettra de voir ce dont je suis capable mais aussi le genre de fantasmes qu’il me reste à concrétiser. Fais un tour, prends ton temps, et si tu estimes que mes appétences vont dans ton sens, n’hésite pas à me le signifier que j’organise ensuite ton tourment.T : Je le ferais. Au plaisir.Intriguée, Truica renseigne l’adresse du site. L’accueil est une page noire avec seulement deux champs pour renseigner l’identifiant et le mot de passe communiqués par Meat. Elle presse la touche « entrée » et la page noire laisse la place à un caléidoscope de cauchemar : images de torture, de mutilation, de perversions extrêmes, déviantes et interdites, le visuel qui tapisse le font du site est composé d’un mélange infâme de tout ce qui se fait de pire. Sur le côté gauche de la page, une liste de mots réactifs sert de sommaire et renvoie visiblement à d’autres parties du site. Parmi les différents choix, Truica clique sur « Qui suis-je ? ». Une photo apparait au centre de l’écran. Truica reconnait un des voyeurs, l’un des deux seuls qui montraient leur visage au lieu de leur sexe. Sauf que là, l’homme est en pied et entièrement nu. Il doit avoir entre 45 et 50 ans, son crâne est rasé et il affiche un collier de barbe brun taillé. Son visage est carré, buriné, le cou épais et empâté. Il est large d’épaule, velu et très gras même si on devine le muscle et la puissance sous le mou. L’énorme verge qui pend entre ses cuisses épaisses est à la mesure de l’impression générale qu’il renvoie : menaçante. Épaisse et bardée de grosses veines violacées, c’est une bite a****le faite pour blesser, pour défoncer, pour soumettre.Truica se dit que si elle ressent un tel effet simplement en regardant une photo, cet homme doit être terrifiant dans la réalité.Et ça la fait mouiller. Elle clique sur la flèche qui permet d’accéder à la suite de la rubrique et un long texte remplace la photo :« Je suis Meat. J’ai choisi ce pseudonyme pour sa simplicité et sa justesse parce que j’aime traiter les autres comme de la viande. Je suis un pervers. Un déviant.Un sadique.J’ai 48 ans,jJ’ai 4 enfants et je suis divorcé depuis 3 ans après 26 ans de mariage sans aucun écart. Jusqu’à ce que mon épouse beşiktaş escort me quitte, j’avais une sexualité d’un classique confondant. Depuis, je n’ai eu de cesse que de concrétiser les fantasmes que j’ai toujours eu en moi et que je peinais de plus en plus à masquer. Je dégrade, je torture, je vi0le, seul ou en groupe, sans limites d’âge ou de sexe, sans pitié ni retenue, mais toujours dans les limites de l’accord passé avec ma victime.Et dans l’attente d’en trouver une qui n’en aura aucune.Es-tu cette victime ? »Truica a les tempes douloureuses et elle transpire. Les mots choisis sont cliniques, précis, sans fioritures. Et le passage sur la vie d’avant de Meat indiquent la frustration et la v******e contenues, un effet volcan qui fait de Meat un bourreau sadique terrifiant. Typiquement le genre d’homme capable de lui faire subir ce à quoi elle a toujours aspiré. C’est en tremblant un peu qu’elle clique sur l’onglet « photos ».La bouche ouverte, incrédule, elle fait défiler les visuels de qualités très irrégulières mettant en scène hommes, travestis et femmes. Parfois Meat est sur la photo, parfois on ne voit que le résultat des sévices sur les suppliciés, parfois il ne s’agit que d’un gros plan sur leur visage déformé la douleur ou des orifices et des attributs martyrisés, voire transformés de façon irrémédiables. Chaque photo est pire que la précédente, chaque supplice plus extrême, toutes avec des titres sans équivoques comme « chatte cousue », « cul déchirée », « jument à saillir » et autres « pute tabassée ». La collection s’achève sur un visuel en trois parties. Il montre le bas ventre d’un jeune homme maigre avec une verge et des testicules modestes. Ensuite, la victime est devenue très grasse et sa verge s’est considérablement réduite, ses testicules tombant à mi-cuisse, distendus par des poids énormes. Pour finir, le garçon est clairement obèse et sa verge est atrophiée comme un gros clitoris. Il ne subsiste plus des testicules qu’un sac de peau vide bardé de piercings et d’anneaux cruels. L’ensemble porte le titre sibyllin de « chapon castré ».Un texte simple clos la rubrique « photos » indiquant que Meat se fait assister le cas échéant de complices possédant des compétences médicales pour les séances les plus « techniques » et qu’à ce titre, aucune pratique – y compris chirurgicale – n’est exclue de son périmètre d’expertise.A beylikdüzü escort entendre les bruits au rez-de-chaussée, Truica se rend compte que le temps a passé très vite et qu’elle ne dispose plus de très longtemps pour achever de découvrir l’antre de Meat. Au vu du contenu de la rubrique « photos », c’est avec une appréhension gourmande qu’elle clique sur « vidéos ». Le contenu est modeste et la longueur des films variante. Malgré certains titres aussi excitants qu’évocateurs, elle se décide pour un minimaliste « visage 3», la vidéo centrale d’une série qui en compte 5.Le streaming s’active. Tout en bas à droite de l’écran, il y a la date et l’heure d’incrusté : Avril 2014 – 17:17La qualité est médiocre mais c’est secondaire puisqu’on voit simplement en gros plan le visage d’une femme. Elle peut avoir entre 30 et 50 ans, impossible à préciser tellement ses yeux sont gonflés d’avoir pleuré. De plus, son visage est tuméfié et marbré sur la pommette gauche et sa lèvre inférieure fendue. Elle est typée méditerranéenne mais avec un tel zoom, impossible de déterminer s’il s’agit d’une simple brunette, d’une espagnole ou d’une magrébine. Elle respire fort. Uniquement par le nez car sa bouche est distendue par une « gagball ». De la morve et de longues trainées de salive maculent ses joues et son menton. Truica voit bien que la femme essaie de se calmer et de reprendre le contrôle de son souffle. Elle baisse la tête un petit moment et la voyeuse constate qu’elle a le crâne tondue. C’est très récent, irrégulier, et manifestement fait sans grand souci de soigner le résultat car certaines touffes de poils bruns côtoient de larges bandes de chair nue et elle note même de fines coupures croutées. La respiration de la femme se fait plus régulière. Elle récupère. Puis soudain, elle relève la tête. Elle est inquiète. On entend des voix derrière elle mais Truika ne parvient pas à distinguer ce qui se dit et elle n’ose pas monter le son. La femme panique et secoue la tête de gauche à droite en gémissant. Puis sans qu’on puisse voir ce qui arrive, elle relève soudain la tête, les yeux révulsés, le cou parsemé de veines saillantes comme des cordes et pousse un hurlement déchirant contenu par le bâillon. Impossible de savoir si on la frappe, si on la force, voire les deux, mais une chose est certaine, elle souffre le martyr. En regardant le visage de la suppliciée, Truica sent son sexe se tremper.C’est à regret qu’elle coupe la vidéo et clique sur le petit icône « contactez-moi ».Son époux appelle dans l’escalier. Elle lâche un « je descends de suite, mon ami ! » enjoué tout en tapant fébrilement le message « C’est Truika. Je suis cette victime ! ».FIN DE ROUND

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32